Dominique richert,les cahiers d'un survivant,soldat paysan de la guerre 14-18 - Acceuil
  Heinrich Böll
prix Nobel de littérature

 

 
 

Histoire du manuscrit 

 

Carnets de guerre
H
einrich Böll 

Itinéraire de guerre    

 

Vu dans la presse

 

Presse Française

Presse Allemande
P
resse Anglaise

 

Manifestations  

 

Théâtre
C
olloques

  Histoire de famille  
 

Son fils: écrivain  

Album de famille 

 

  Liens  internet 
  Université de Toulouse
Liste d'auteurs
A
utres liens 14-18
  Contact
  Mot du Webmaster
   
  Page d'accueil

 

  
Dans les années 60, Claude Faffa cherche vainement un éditeur pour publier les mémoires de son ami Dominique Richert.
En désespoir de cause, il envoie le texte à Heinrich Böll qui prépare précisément une thèse sur la guerre 14-18 vue par un simple soldat. Avec Angelika Tramitz, écrivain travaillant pour la radio à qui il confie sa "trouvaille". Tout est rigoureusement exact!

Édité en 89 en Allemagne

Persuadés qu'ils étaient en présence d'une œuvre majeure _ tant au plan littéraire qu'historique _ Bernd Ulrich et angélika Tramitz réussissent à convaincre une maison d'édition de Munich  ( Knesebeck und Schuler) de publier les écrits de Dominique Richert. Le livre sort en librairie en 89.Sous le titre " Beste Gelegenheiten zum Sterben" . Sous-titre ; " Meine Erlebnisse im Kriege 14-18" . La boucle est bouclée.
Que dire encore ? Sinon que dans un article paru dans la "Frankfurter Rundschau" le livre de Dominique Richert a été comparé à cet autre moment de la littérature qu'est le roman pacifiste d'Erich Maria remarques," Im Westen nichts neues".

Hansjacob Schneider, dramaturge suisse a également été impressionné par les écrits du paysan sundgauvien dont la qualité de l'écriture est tout  simplement extraordinaire pour un homme qui a quitté l'école primaire à  12 ans. HJ Schneider écrit dans la "Basler Zeitung:"Das buch est kein Roman, es ist eine Chronik . Richert erinnert sich an alles haargenau, und er schreeibt alles haargenau auf.Das füuhrt zur gnadenlosen Authentizität.
"Im westen nichts Neues, stellen, Niemand kennt dieses Buch, niemand hat mir etwas   etwas darûber erzählt .Typissch Elsass, denkt man die kennen nicht einmal ihre grossen Dichhter, und auch wir Nachbarn kenne sie nicht. Es lohnt sich eben schon, zu den Nackbarn hin!ûberzufahrrend und an die Fenster zu klopfen.Sie haben uns etwas zu erzählen".


Suivant les traces de son père, Ulrich Richert a également raconté sa vie; de l'insouciante et belle jeunesse à la deuxième guerre mondiale,"Retour au Sundgau" est le titre de son livre.
liens utiles
Fondation Heinrich Böll
Encyclopédie
Heinrich Böll
Lauréat du prix Nobel
 
Écrivain allemand (Cologne, 1917 - Bornheim-Merten, 1985 ).
Écrivain catholique politiquement engagé «à gauche » il traduit dans ses premières œuvres (Le train était à l'heure, 1949, roman ; Voyageur, si tu vas à Spa … 1950, nouvelles ; Où étais -tu, Adam ?, 1951, roman ) le malaise de ceux qui, contraints d'avoir fait la guerre (comme lui -même, mobilisé de 1939 à 1945 ), durent recommencer leur vie au sein d'un monde coupable et irresponsable : l'Allemagne post-hitlérienne, ruinée, divisée en deux États, secrètement agitée par le drame de ses milliers d'orphelins (les Enfants des morts, 1954, roman ).

Membre du Groupe 47, Böll est rapidement devenu un des écrivains les plus représentatifs de la République fédérale d'Allemagne, à la fois par son affirmation de l'espérance en l'avenir et par ses critiques impitoyables de l'envers du miracle allemand, fondé sur le culte du profit et de la consommation, qui trop souvent masque une éventuelle perversion de la démocratie : la Mort de Lohengrin (1950 ), Journal d'Irlande (1957, récits ), À neuf heures et demie, billard (1959, roman ), la Grimace (1963 ), Portrait de groupe avec dame (1971, roman ), etc. En 1972, l'année même où il obtient le prix Nobel de littérature, Böll écrit un article suggérant aux tribunaux une plus grande clémence à l'égard des membres de la «bande à Baader ». Sa nouvelle l'Honneur perdu de Katharina Blum (1974 ), dont Volker Schlöndorff tira un film en 1975, renforce cette prise de position qui lui avait valu, avec quelques insultes, une réprobation quasi générale en République fédérale d'Allemagne. Il abordera à nouveau ce thème dans Femmes devant un paysage fluvial (1985 ). Sa conviction profonde de la responsabilité civique de l'écrivain lui a également fait  position sur les problèmes politiques posés notamment par les relations avec l'Union soviétique (c'est lui qui accueillit Soljenitsyne en 1974 ).

 2001 Hachette Multimédia / Hachette Livre